G. Kerguillec et E. Saignes- Exposition Aquarelles et gravures - 2009

Gérald Kerguillec et Erik Saignes - "Aquarelles et Gravures" - 2009


Galerie Ty Art Show

 

L’idée de cette rencontre artistique m’est venue naturellement, comme une évidence, en accrochant l'exposition de Gérald Kerguillec, « lieux communs », sur les cimaises de la galerie au cours de l’été 2007.

Je connaissais bien le travail d’ Erik Saignes pour l’avoir exposé, à plusieurs reprises, depuis l’année 2001. La sérénité qui se dégage de ses gravures, laissant toujours la nature au premier plan, nous permet d’entrevoir le lien intime qu’il a pu tisser avec elle. La force de l’émotion, la beauté du trait font que nous nous approprions, malgré nous, tout ou partie de sa mémoire du lieu. Graveur émérite, poète, artisan au service de son art, il dessine, grave et nous restitue une image, sublimée, imprimée sur le papier qu’il a lui-même fabriqué, puis encadré… rien n’est laissé au hasard, il construit son œuvre pas à pas, avec, à la fois, une grande rigueur et beaucoup de simplicité, avant de l’offrir à notre regard.

La nature exulte, les paysages qui nous sont familiers, presque anodins, transcendent sous sa pointe.

Ma rencontre avec Gérald Kerguillec est un peu plus récente, c’était à l’automne 2004 lors du Festival d’Art Contemporain de Perros-Guirec. Je ne saurais dire, avec précision, ce qui m’a bouleversée. Le dépouillement du paysage, la pertinence des couleurs, la force du geste et, à la fois, l’évanescence qui s‘en dégage. L’économie du propos, le cadre imposé par le carré, volontairement réduit, et la démesure de l’infini vers lequel l’émotion provoquée nous entraîne. Peut-être, justement, était-ce l’ensemble de ces contradictions.

Nous sommes sur le fil, entre figuration et abstraction, comme si l’artiste entretenait, avec un plaisir jubilatoire, l’ambiguïté. La lumière irradie l’ébauche de paysage, la palette délibérément restreinte permet la reconnaissance, le format nous contraint au dépassement, au-delà il y a la part de rêve, notre part de rêve, qu’il nous appartient de réveiller.

Est-ce figuratif ? Abstrait ? Qu’importe.

Ces paysages qu’il nomme « Lieux communs »  parce qu’ils permettent à chacun d’entre-nous de les reconnaître n’ont vraiment rien de commun.

Leur première rencontre a eu lieu, au tout début de l’année 2008...

L’estran les inspire, ils partagent un même regard sur la nature qui les entoure, chacun avec sa propre sensibilité vous livre, ici, un travail personnel mais en lien étroit avec celui de l’autre.

Des aquarelles, des gravures, des dessins originaux et un livre d’artiste pour lequel ils ont travaillé ensemble, comprenant dix reproductions et un original (aquarelle ou dessin). Ce livre est édité en petite série (une trentaine d’exemplaires) et réalisé sur du papier fabriqué par Erik Saignes dans son atelier de Quemperven.

  

L'Estran

Livre d'artiste L'Estran

L'Estran

Livre d'artiste L'Estran

L'Estran

Livre d'artistes L'Estran


retour

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×